Campagne 2018

 

Elections 2018 - Programme GBO/Cartel

Découvrez plus en détails notre programme ci-dessous et regardez notre vidéo. 
Lisez également notre programme en pdf ou en flip book et notre  GBO Arguments "spécial élections 2018" 

Un programme à partir d’une vision

Depuis son origine jusqu’à aujourd’hui, le GBO poursuit les mêmes objectifs fondamentaux, cliquez ici pour en savoir plus. 

On ne change pas un programme qui reste d'actualité !

En 2014, le GBO a rédigé un programme d’actions : 10 priorités et nos 33 points.

La grande majorité de ces propositions sont encore à l'ordre du jour. En effet, si certains résultats ont été obtenus, d'autres sont encore à défendre.

En janvier 2018, le Conseil national s’est réuni pour définir ses priorités d’action pour les 4 années à venir. Celles-ci collent-elles aux préoccupations dominantes des MG ?
Oui ! Un sondage réalisé par le GBO dans la profession est venu le confirmer, l’affiner et compléter encore ses choix.

Ceci explique les 4 choix pour les 4 années à venir

De 2018 à 2022, le GBO mettra un accent particulier dans son combat pour :

des honoraires justes
une vie de qualité pour le MG
le respect du métier de MG
.......Et, ce pout toutes les générations

1. Des honoraires justes

  • Améliorer les revenus des MG, ajustés en fonction d’un certain nombre de critères comme : durée de l’acte, niveau de complexité de l’acte, stress lié à l’acte, niveau d’expertise, niveau de complexité technique, durée de la formation, etc.
  • Préférer les indexations sélectives aux indexations linéaires des honoraires médicaux
  • Augmenter le montant du statut social
  • Doubler le statut social pour les assistants en formation
  • Proposer une  allocation pour les femmes médecins enceintes leur permettant de doubler leur temps de répit
  • Prévoir la défiscalisation de la prime pour les pensionnés actifs afin que le montant réellement perçu soit équivalent à celui du statut social

Le GBO/Cartel propose de poursuivre la valorisation des revenus selon la logique des « 4P+1»

  • Le 1er P : paiement à la Prestation qui représente encore toujours près de 80% des rentrées financières d’un MG.
  • Le 2ème P : paiement par Patient. Le GBO plaide pour une revalorisation du DMG qui symbolise le lien particulier entre un patient et un médecin attitré et prévoit une majoration s’il s’agit de patients à soins complexes et/ou chroniques.
  • Le 3ème P : paiement par Prestataire (paiement à la fonction : statut social, honoraires de disponibilité, forfait annuel, accréditation…)
  • Le 4ème P : paiement à la Pratique. Sont visées ici les différentes interventions comme l’Impulseo, la nouvelle prime de pratique intégrée à savoir l’allocation de pratique, l’allocation pour l’utilisation des services e-santé, l’allocation pour la bonne utilisation du DMG (cfr dernier accord médico-mut)
  • Le 5ème P : prime à la Performance. Le GBO est prêt à discuter d’une prime telle que la ROSP française (rémunération sur objectifs de santé publique), à condition que l’on tienne compte des contextes de population qui peuvent différer d’une pratique à l’autre. Cette prime devrait encourager les MG à sensibiliser les patients à la prévention, au dépistage, au suivi de maladies chroniques…

2. La qualité de vie pour le MG : un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée

  • Soutenir l’essor des PMG et un dispositif de garde moins pénible et étendre la garde population aux soirées et nuits de semaine dans les zones en difficulté
  • Encourager la pratique de groupe et en réseau
  • Développer une informatique performante au service des MG et, par exemple, développer les logiciels d’aide à la décision
  • Diminuer la surcharge administrative imposée aux MG
  • Poursuivre et  développer les interventions comme les Impulseo qui aident à l’engagement de personnel de soutien administratif ou au recours au télé-secrétariat
  • Envisager d’autres modèles de collaboration pour certaines tâches avec un autre professionnel de la santé comme, par exemple, la collaboration au cabinet avec un infirmier spécialisé en pratique ambulatoire. Soutenir les conclusions, entre autres,  qui ressortent de la recherche-action « coming » pour concrétiser l’idée de tandem MG + infirmier de cabinet
  • Soutenir pour celles et ceux qui le souhaitent l’activité en conjuguant l'activité de MG omnipraticienne avec d’autres modes d’exercice plus spécifiques (médecine scolaire, pénitentiaire, en planning familial, auprès des toxicomanes…) tout en préservant une offre suffisante de médecine générale de qualité
  • Chercher les modes de financement d’un jour de semaine où le MG pourrait faire autre chose que les visites et les consultations (recherche, défense professionnelle, enseignement,…).

3. Les jeunes et les moins jeunes

  • Apporter un soutien à l’installation des jeunes MG
  • Soutenir les initiatives prises pour augmenter la qualité des stages (développer l’esprit de compagnonnage : échange de savoirs,  de savoir-faire et de savoir-être dans les deux sens)
  • Planifier de manière réaliste l’offre médicale selon les vrais besoins
  • Faciliter l’intégration des assistants et des jeunes MG dans leur région (cfr initiatives de certains cercles et de pouvoirs locaux)
  • Limiter au maximum  les contraintes imposées par les pouvoirs publics en matière d’informatisation
  • Réclamer des alternatives pour celles et ceux qui ne seront pas ou plus informatisés
  • Contrer l’exploitation et le harcèlement des jeunes médecins en cours d’apprentissage. Le GBO suggère une enquête documentée afin de comprendre les dysfonctionnements (à mener par les départements de médecine générale et le centre de coordination francophone pour la formation en médecine générale). Le GBO créera sa cellule d’écoute des plaintes de stagiaires et les accompagnera si besoin dans leur démarche vis-à-vis des instances responsables

4.  La reconnaissance de la Médecine générale comme maillon essentiel et central des soins de santé

  • Conforter le MG dans sa position de pierre angulaire du système de soins de santé
  • Proposer un échelonnement incitatif
  • Continuer à défendre le DMG chez un généraliste attitré pour tous les belges
  • Améliorer la collaboration intelligente avec les médecins spécialistes et les hôpitaux (échange d’informations informatisé dans les 2 sens)
  • Développer des relations efficaces et enrichissantes de travail avec les autres professionnels de soins
  • Réaffirmer la mission du MG comme pivot central dans la coordination de soins
  • Définir la mission du MG en fonction des besoins de la population
  • Ouvrir le débat de l’avenir de la profession de MG entre jeunes et moins jeunes
  • Définir le cœur du métier qui émane de et satisfait la majorité des MG, en collaboration avec le Collège de la MG. Puis, l’exploiter dans son action de défense de la profession.