Gardes

Nous savons que l’organisation collective de la garde, mise en place par les plus âgés d’entre nous, a été un élément majeur dans l’amélioration de la qualité de vie des MG. Elle a aussi permis aux femmes d’envisager ce métier. Mais progressivement, même organisée collectivement, la garde est devenue le cauchemar des MG et un élément déterminant dans le manque d’attrait de la profession pour les jeunes générations.

Il nous est dès lors apparu absolument nécessaire de relever le défi de la réforme de la garde, attendue aujourd’hui par les MG, pour qu’elle garantisse une amélioration dans l’équilibre entre la vie privée et professionnelle des prestataires, tout en préservant la qualité des soins 24H/24.

C’est pourquoi, le GBO s’est fortement impliqué dans le groupe de travail (GT) de la CNMM « Postes Médicaux de Garde » (devenu « GT des gardes ») , pour y imprimer toute son influence au service de la MG.

POINTS ACQUIS PAR LE GBO

• l’harmonisation du financement des PMG pour permettre l’équité entre les projets sur tout le territoire et en assurer le financement durable ;

• l’encouragement à l’initiative et à la créativité pour la résolution du problème de la charge de la garde avec élargissement du GT aux alternatives aux PMG ;

• la prise en compte des projets réorganisant la garde des soirées et nuits de semaine, développés actuellement essentiellement en Belgique francophone ;

• l’allègement de la nuit profonde et l’intensification de la collaboration avec les salles d’urgences hospitalières ;

• l’intégration des Cercles dans ce groupe de travail pour y apporter leur expertise.

LES PROPOSITIONS DU GBO

• la pérennité et l’extension de l’organisation de la garde de semaine ;

• la subvention de projets d’organisation alternative en journée de semaine : regroupement de pratiques pour assumer les cas aigus de la journée, numéro d’appel unique alternatif pour assurer les visites à domicile aiguës si le MG titulaire est indisponible. Ces projets sont en cours d’élaboration. Il s’agit là d’initiatives bien venues pour gérer les pénuries relatives sur le terrain ;

• le réinvestissement dans de nouveaux projets de l’argent économisé sur les honoraires de disponibilité et les visites à domiciles, grâce à la réorganisation de la garde ;

• Le financement des temps de récupération après les gardes.