L’échange de données médicales dans le cadre de l’évaluation du handicap

Date: 
Lundi 07 Mai 2018

En octobre 2016, le GBO vous avait communiqué sa volonté de manifester à la Ministre de la santé et de la sécurité sociale les doléances de la médecine générale quant au courrier reçu les invitant à remplir le rapport médical pour les personnes demandant à pouvoir bénéficier d’une allocation dans le cadre de leur handicap. Nous avions été reçus, à la suite de cette lettre, par la Direction Générale -personnes handicapées - au SPF Sécurité sociale et nous avions eu l’impression d’avoir été entendus.
Il aura fallu attendre 2018 pour voir les premiers effets et notamment les résultats d’une enquête réalisée auprès des médecins par leurs soins.
Nous nous félicitons que bon nombre de préoccupations ont été prises en compte, qu’une consultation des sociétés scientifiques de MG a semble-t-il été menée et que des pistes d’amélioration sont encore envisagées.
Nous espérons que nous serons également consultés lors des prochaines concertations afin de continuer à vérifier que les bonnes intentions déclarées de la Direction générale soient traduites en actions concrètes
N’hésitez pas à nous dire si vous avez observés des changements positifs depuis notre action de sensibilisation des autorités

Extraits du rapport d’enquête et de la communication du SPF Sécurité Sociale
• 53% des médecins ont déjà utilisé le formulaire électronique « Evaluation du handicap”
• 37% ne reçoivent jamais de message électronique du SPF via la eHealthBox
• 34% préfèrent toujours utiliser les formulaires papier
• 20% ne sont pas familiarisés avec l’échange électronique de données
• 75% ont déjà eu des problèmes lors de la réception des messages électroniques du SPF. On ne s’aperçoit par exemple pas qu’un message est arrivé ou on ne parvient pas toujours à retrouver les messages.
• 65% ont déjà eu des problèmes lorsqu’il s’agit d’envoyer des messages électroniques au SPF. C’est ainsi, par exemple, qu’ils envoient les informations par la voie électronique, mais qu’ils reçoivent malgré tout encore des rappels du SPF.
• 76% estiment important de d’abord voir le patient avant d’envoyer les informations au SPF. La raison essentielle réside dans la nécessité d’obtenir des informations récentes à propos de l’état de santé du patient.

« Nous pouvons en conclure que les systèmes électroniques font encore leurs « maladies de jeunesse ». C’est ce qui explique que les médecins ne voient pas toujours la valeur ajoutée de la numérisation. Les problèmes techniques peuvent survenir au niveau des divers maillons de l’échange électronique (le SPF, eHealth, le progiciel du médecin, …).
Un dossier médical électronique dûment et correctement rempli est la condition préalable pour pouvoir compléter efficacement le formulaire électronique « Evaluation du handicap ». Ceci constitue parfois un écueil.
Une meilleure communication est également nécessaire, à propos, par exemple, d’aspects techniques, mais aussi à propos des types de rapports que les médecins doivent fournir au SPF. »

Ci-dessous un passage des conclusions du rapport qui méritent d’être souligné quant à une volonté de mieux entendre les prestataires et dont d’autres responsables de l’e-santé feraient bien de s’inspirer !
« Concernant eHealth, le challenge réside dans l’acceptation de la numérisation et des innovations dans le secteur des soins de santé.
Le succès d'une mise en œuvre réussie de eHealth requiert son acceptation par toutes les parties impliquées dans le processus, telles que les professionnels de la santé, les autorités et, bien sûr, le patient.
La méconnaissance, le fait de ne pas être familiarisé avec l’outil et le manque de e-skills freinent l'utilisation de eHealth par les professionnels de la santé.
Un changement de comportement est nécessaire pour la réussite de la mise en œuvre d'une application eHealth.
C'est pourquoi nous devons soutenir le changement de comportement en collaborant avec tous les acteurs du secteur, tant les prestataires de soins et de services que les professionnels des soins de santé. »

Points d’action

Le SPF s’est déjà attaqué à un certain nombre de points, ce qui a permis de réduire considérablement les problèmes liés à l’échange électronique de données :
§ Les médecins reçoivent un accusé de réception lorsqu’ils envoient des informations au SPF.
§ Les problèmes liés aux messages illisibles ou bloqués ont été résolus.
§ Des problèmes techniques propres à certains progiciels ont été réglés.
§ Dans un proche avenir, le SPF va également modifier ses lettres au patient et aux médecins afin de les rendre plus claires et plus cordiales.
§ Nous examinerons également comment nous pouvons atteindre les médecins qui n’utilisent pas la eHealthBox (principalement les spécialistes qui travaillent dans les hôpitaux). Une importance plus grande sera également accordée à la concertation entre les différentes parties concernées.