Projet de loi du Ministre Ducarme sur l’aide médicale pour les citoyens « sans papiers »

Date: 
Vendredi 26 Janvier 2018

Chère Consœur, cher Confrère, 
Pour votre information, vous trouverez ci-dessous le communiqué de presse du Cartel (dont le GBO fait partie) relatif au projet de loi émanant du Ministre Ducarme concernant l’Aide Médicale improprement appelée « Urgente » (AMU), c’est-à-dire qui concerne les soins destinés aux personnes vivant sur le territoire et qui, pour diverses raisons, ne bénéficient pas (ou pas encore) de couverture assurance – maladie par une mutuelle ou assurance privée.
Le Ministre prévoit aussi des contrôles des médecins qui auraient prodigué des soins dits, selon l’expression du Ministre, « soins de conforts ». 
L’ensemble de la profession s’est indigné de cette proposition à nos yeux inacceptable ! 
Le Bureau du GBO
 

Projet de loi du Ministre Ducarme sur l’aide médicale pour les citoyens « sans papiers » 

Deux raisons pour le Cartel de ne pas être d’accord avec le projet de loi du  Ministre

La mission et le devoir de tout médecin est de prodiguer des soins à tout patient qui en a besoin et ce en toute indépendance. Nous n’admettrons pas qu’un quelconque contrôle puisse être exercé sur notre profession afin de décider à notre place ce qui est justifié ou non  en matière de soins à cette partie de la population fragilisée et entrant dans le cadre de l’Aide Médicale Urgente (AMU). Contrôler à posteriori le médecin pour savoir si les soins prodigués étaient justifiés ou non est pour nous inacceptable. Nous demandons de pouvoir exercer notre mission dans la confiance  de la part des autorités et non une méfiance a priori. 

La différence de statut entre patients ne peut en aucun cas constituer une entrave à des soins nécessaires. Le fait d’émarger à l’AMU pour certains patients non couverts par une mutuelle ne doit pas faire d’eux des citoyens de seconde zone en matière d’accès aux soins. De nombreuses études ont prouvé, s’il le fallait encore, qu’un recours le plus accessible possible à la première ligne, par exemple, ne pouvait qu’avoir des effets bénéfiques en matière de soins efficients et très souvent éviter des soins plus coûteux et des hospitalisations évitables.

Pour toutes ces raisons, le Cartel (ASGB, GBO, MoDeS) demandent aux autorités de bien vouloir écouter les intervenants de terrain pour ces questions délicates et de ne pas prendre de mesures qui bouleversent la finalité de l’AMU et qui, de toutes façons, n’auraient qu’un impact marginal sur les coûts.
Notre devise « Les meilleurs soins, accessibles pour tous, au meilleur endroit, par le prestataire le plus adéquat, au moment le plus opportun » est et doit rester notre objectif !
 

Le 26 janvier 2018
Contact :
Pour le Cartel (ASGB, GBO, MoDeS)
Dr Lawrence Cuvelier 
lawrencecuvelierathotmail.com
GSM : 0476961630